La réponse à cette question revêt d’une importance majeure en ces temps de pandémie quand on connaît l’impact de la qualité de l’air dans la propagation du virus Covid 19.

D’où vient la pollution de l’air intérieur ?

Les pollutions de l’air intérieur sont de types diverses:

-Pollutions dues à l’équipement du logement: revêtements des sols, murs, plafonds, vernis, colles, …

-Pollutions dues à l’activité humaine à l’intérieur: humidité/vapeur d’eau, produits d’entretien, …

-Pollutions provenant de l’air extérieur : gaz d’échappement, proximité d’activités industrielles ou agricoles, pollen, particules fines…

Chacun de ces polluants a des effets spécifiques:

Par exemple, le CO2 (dioxyde de carbone) qui est représentatif du taux de confinement a pour effets néfastes les maux de tête et le manque de concentration / endormissement. 

Quant aux PM (Particules Fines « Particule Matter »), elles entraînent des allergies, de l’asthme, des bronchites chroniques, le cancer du poumon, les accidents vasculaires cérébraux, l’infarctus du myocarde, etc.

La Covid 19 aime:

– une concentration de CO2 supérieure à 1000 ppm

– un taux d’humidité supérieur à  40%

– des températures trop basses

Impact de la qualité de l’air sur le travail

L’impact QAI sur la capacité des employés:

La concentration des collaborateurs diminue de 21% à partir d’une concentration de CO2 > 400 ppm ( la concentration normale dans l’air est de 300 / 400 ppm).

+ 12% de performance quand le CO2 diminue

Ce pourcentage provient de résultats de 7850 tests effectués en fin de journée : tâche basique, tâche demandant de la concentration/décision, tâche demandant décision immédiate, situation de crise, recherche d’information, utilisation de l’information trouvée, capacité de recul, stratégie.(lecture, calcule, attention, capacité cognitive, etc.) dans différents bâtiments au Royaume-Uni de février 2016 à octobre 2018.

  • Sources : projet Whole Life Performance Plus, Rajat Gupta, John O’Brien, Alastair Howard and Tom Cudmore (2018). Oxford Brookes University and LCMB Building Performance Ltd, Oxford.

 

– 21% de performance cognitive si CO2 > 400 ppm

  • Sources : 2015 study by researchers at the Harvard University T.H. Chan School of Public Health’s Center for Health and the Global Environment, SUNY Upstate Medical University and Syracuse University.

 

Impact absence maladie: augmentation des SBS* si CO2 > 850 ppm en moyenne sur une journée de travail.

*SBS = sick building syndrom ou syndrome du bâtiment malsain *

Basée sur l’étude américaine BASE (Erdmann et al., 2004) prenant un échantillon représentatif d’immeubles aux Etats-Unis et dont les résultats sont corroborés par ceux de l’étude expérimentale de Wargocki, 2000.

Placez le bien être des employés au centre de votre stratégie d’entreprise et mesurez la qualité de l’air de vos espaces de travail afin d’éviter les incidents de pollutions et malfonctionnements de la climatisation ou de la ventilation.

La solution Comfort d’Ubigreen: un logiciel & appli mobile vous permettant de relever la température, le taux d’humidité et de CO2 de vos espaces intérieurs via des capteurs sans fil, facile d’installation; Solution autonome de suivi à distance de la température, de lParticulièrement pertinent pour le monitoring centralisé de sites multiples, il se déploie rapidement dans les espaces intérieurs.

La qualité de l’air est un enjeux important au coeur de vos bâtiments et fondamental pour votre le confort des occupants dans des bâtiments tertiaires ou dans des bâtiments publics. Grâce aux alertes données en temps réel, vous pouvez veiller à toujours être dans le respect des niveaux réglementaires, notamment pour ce qui concerne la concentration de CO2.

Confort Management

  • Mesure de la température, hygrométrie et CO2
  • Capteurs sans fil connectés
  • Télérelève réseaux bas débit Sigfox et/ou LoRa
  • Logiciel & application 100% web
  • Analyse intelligente des données
  • Optimisation de la ventilation et de la climatisation
  • Prédit et évite les épisodes de pollution de l’air intérieur
  • Alerte pollution ou dysfonctionnement du système de ventilation par zone

De nouveaux enjeux

S’adapter à un environnement de travail en pleine évolution

Améliorer le bien être

Le collaborateur au cœur de la stratégie

Adapter les espaces

La permanence de la modularité

Maîtriser

les coûts immobiliers

Occupation moyenne des postes de travail: 39-64%

Cout immobilier par poste de travail: 10 – 15 k€ / an

Salles de réunion réservées non utilisées: 40 %

Pollution de l’air intérieur et impact Covid 19

Déclencher le nettoyage des bureaux réellement utilisés 

Informer des fréquentations par horaire et jour (pour éviter d’être dans des lieux trop encombrés)

Bloquer des bureaux pour distanciation, avec affichage sur écran et mobile

WORKSPACE

L’environnement de travail est au coeur de la performance des entreprises.

Nos outils vous permettront d’améliorer la qualité de vie au travail tout en réalisant des économies.