Période estivale & télétravail : Comment réduire l’empreinte carbone de son entreprise ?

télétravail

Avec l’essor du télétravail (en moyenne 2 jours par semaine/salarié), les espaces de bureau ne sont plus occupés à 100%, ce qui a un impact direct sur l’empreinte carbone des entreprises. En période estivale, les bureaux sont encore moins occupés par les salariés avec le chassé-croisé des vacances des uns et des autres.

D’après une étude du cabinet Génie des lieux, en juin 2022, 35% des salariés affirmaient avoir choisi l’option de faire du télétravail sur leur lieu de vacances durant l’été. De plus, selon une étude de l’ADEME, chaque jour de télétravail, associé à une réduction de sa surface immobilière, fait baisser de 234 kg CO2eq par an et par collaborateur le bilan carbone de l’entreprise. Une diminution absolument non négligeable ! Vous souhaitez optimiser et améliorer la gestion de vos espaces de travail ? 

Cependant, la pollution numérique augmente ! Selon une étude de l’ADEME, le secteur du numérique représente 10% de la consommation électrique française. Ainsi, nos équipements, notre stockage des données, nos emails, et notre consommation de vidéos alourdissent notre bilan carbone.

Autant d’usages numériques de notre quotidien professionnel, au bureau comme à la maison, mais certains vont s’amplifier en télétravail durant cet été. Comment réduire son empreinte carbone en cette période estivale ? Voici quelques conseils.

La visioconférence est de loin la pratique numérique la plus énergivore. Et, le télétravail a fait augmenter considérablement le recours aux visioconférences dans les entreprises. Selon la société Carbo, une minute de visioconférence équivaut à 1 gramme de CO2. Une réunion de 10 personnes d’une heure et demie équivaut à un kilo d’équivalent CO2 soit l’équivalent d’un trajet de 8 km en voiture ! Afin de limiter son empreinte carbone, l’ADEME préconise de couper sa caméra quand c’est possible. Une minute de réunion virtuelle en audio consomme 39% de moins qu’avec les caméras présentes. Dans une entreprise durable, il est crucial de reconsidérer chaque produit numérique utilisé pour ses réunions.

Pensez aussi à utiliser une connexion wifi sur votre lieu de vacances quand c’est possible, qui va consommer 23 fois moins d’électricité que la 4G ! De plus, toutes les applications de visioconférences n’ont pas le même impact environnemental. Selon une étude de Greenspector, Google Meet est la moins “polluante”, devant ses concurrents Skype et Zoom.

De ce fait, quelques règles doivent être appliquées afin d’utiliser cet outil devenu indispensable de manière plus vertueuse. Il convient donc d’éteindre sa caméra en réunion vituelle ou encore de d’éviter de proposer une visioconférence lorsque tous les collaborateurs sont réunis sur un même site.

2. Se réunir pour les réunions importantes

Travailler avec plusieurs collaborateurs fait diminuer son empreinte carbone car la consommation d’énergie (climatisation, électricité) va être amortie par le nombre de salariés présents. De plus, se réunir s’avère pertinent dans le cadre des déplacements au bureau. Pour les jours travaillés, faire du covoiturage apparaît comme une option respectueuse de l’environnement lorsque le vélo ou les transports en commun ne sont pas possibles. Par exemple, une entreprise peut encourager la mobilité durable en favorisant le covoiturage.

3. Remettre en question ses habitudes de travail

Les technologies digitales utilisent un peu plus de 6% de l’énergie consommée en France. Cependant, certaines actions ont un impact carbone faible comme les emails qui ne représentent au niveau mondial qu’environ 0,2% des émissions totales du numérique. Réduire l’utilisation du papier est une autre activité significative pour les entreprises cherchant à minimiser leur empreinte carbone. C’est en repensant ces petits gestes quotidiens que l’entreprise peut contribuer de manière significative à la réduction des gaz à effet de serre.

Conseils pratiques :

  • Pensez à éteindre votre ordinateur dès que vous ne l’utilisez plus le midi et le soir en le débranchant également. Comme pour tout écran, l’ordinateur peut consommer même éteint. La durée de vie des équipements étant limitée par la chaleur émise par les composants, c’est en éteignant votre ordinateur dès que vous ne l’utilisez pas que vous augmenterez sa durée de vie.
  • De plus, la consommation d’un écran d’ordinateur peut être réduite jusqu’à 65 % en jouant sur la luminosité.

4. Réduire son empreinte carbone lors de sa pause midi

L’alimentation représente 30% de notre impact environnemental. Certaines pratiques ont été développées pour réduire son empreinte en entreprise. Mais elles peuvent être reprises en télétravail.
Manger végétarien plus souvent. D’après EVA, un jour végétarien représente une économie de 1,22kg CO2 par personne.
Choisir ses aliments en fonction des saisons.
Privilégier l’eau du robinet, pour limiter les déchets plastiques. Adopter ces pratiques écologiques peut être bénéfique tant dans le cadre de l’entreprise qu’en télétravail.

Vous souhaitez en savoir plus sur l'application MyWorkspace ?

Découvrez notre nouveau guide "Audit énergétique : Engagez des actions d'économies d'énergie avec ROI rapide !"

X