« On ne gère bien que ce que l’on mesure », « On n’améliore que ce qui se mesure » …

 L’implication des entreprises dans une démarche RSE de leurs transports dépend essentiellement de leur capacité à mesurer l’empreinte carbone de leurs différents moyens de transport.

La plateforme Ubigreen permet aux entreprises de stocker les données à composantes environnementales de plusieurs sites différents et de les convertir en Kg de CO2 via des tables de correspondance intégrant des ratios imposés par l’ADEME en fonction du type de fluide et du fournisseur d’énergie. Ainsi, l’entreprise pourra évaluer sa Responsabilité Sociétale des Entreprises ( RSE ) avec des valeurs chiffrées.

 
Par exemple, les sociétés peuvent renseigner dans la plateforme Ubigreen la consommation en litres d’essence ou de diésel de leurs employés, le nombre de km parcourus en train de leurs employés, le nombre de miles parcourus en avion puis la plateforme les convertira automatiquement  en Kg par CO2 à l’aide de ratios spécifiques pour chaque moyen de transport. A noter que la plateforme Ubigreen permet également aux entreprises de mesurer et d’évaluer le volume et le poids de leurs déchets – déchets industriels, déchets à risques infectieux (DASRI) pour les hôpitaux, etc – ce qui représente un critère important dans leur évaluation RSE.

L’information CO2 des prestations de transport a pour objectif de sensibiliser l’ensemble des acteurs de la chaîne de transport à leur contribution aux émissions de gaz à effet de serre, et de leur permettre d’orienter, le cas échéant, leurs choix vers des solutions moins émettrices.

 Dans le cas des entreprises, celles qui reçoivent cette information peuvent compiler les résultats fournis par leurs prestataires pour évaluer le poids en termes d’émission de CO2 de leurs activités de transport (marchandises ou voyageurs).

Ce dispositif, nouveau et innovant, contribue à répondre à quatre exigences fondamentales :

1 /  atteindre les objectifs nationaux de réduction des émissions de gaz à effet de serre ;

2 / pour les entreprises de transport qui fournissent l’information : valoriser des prestations à faible émission et mettre en évidence les progrès réalisés ;

3 / pour les usagers ou les entreprises qui reçoivent l’information : connaître l’impact de ses déplacements (usagers) ou de son activité (entreprises), et dans le cas des entreprises, utiliser cette information pour l’évaluation des émissions indirectes dans le cadre de leurs bilans d’émissions ;

4 / améliorer et harmoniser les méthodes d’évaluation d’émissions de CO2 : de nombreuses informations via des calculateurs CO2 ou des éco-comparateurs ont été mises à disposition, mais il n’existait pas jusqu’à ce jour de cadre commun pour l’ensemble des modes de transport. Le calcul des émissions CO2 est donc lié aux enjeux de réduction de l’impact climatique d’un grand nombre d’acteurs.