Les énergies renouvelables proviennent de ressources et processus naturels inépuisables. Aujourd’hui, elles représentent environ 16% de la consommation mondiale d’énergie, proposition qui ne cesse d’augmenter pour affronter l’épuisement annoncé des ressources fossiles, pétrole et gaz notamment. Revue de détail.

L’énergie solaire

Les technologies solaires rassemblent le photovoltaïque et le solaire thermique qui capturent, convertissent et distribuent différemment l’énergie solaire. Le photovoltaïque produit de l’électricité pour alimenter le foyer, la maison voire l’immeuble. Le solaire thermique chauffe pour sa part le bâti et/ou l’eau chaude sanitaire.

Les avantages sont nombreux : l’énergie est inépuisable, permet de valoriser les toitures et ne produit aucun bruit. Par contre, l’énergie solaire est peu compétitive lorsqu’il s’agit de produire d’importantes quantités d’énergies. De plus, la source d’énergie est par nature intermittente et fonction de la localisation, avec une durée de vie des panneaux photovoltaïques estimée à 25 ans.

L’énergie éolienne

Les éoliennes transforment l’énergie mécanique produite par le vent en énergie électrique, laquelle est ensuite utilisée sur place ou transmise à un réseau de distribution. Pour résoudre les problèmes d’espace et d’implantation, elles sont de plus en plus souvent placées en mer ou sur des sites en d’altitude.

Parmi les avantages, citons leur coût qui ne cesse de baisser en raison des économies d’échelles liées aux volumes de production. La possibilité de maintenir une activité agricole ou industrielle alentour, avec à la clé une installation ou un démantèlement très rapides.

La taille et le fonctionnement des éoliennes induisent en revanche des nuisances visuelles et sonores. Leur efficacité est dépendante des conditions météo et de la topographie du lieu d’installation.

L’énergie hydraulique

L’énergie hydraulique est produite à partir des mouvements de l’eau dans son milieu naturel : chute, cours d’eau, courant marin, marée et vagues. On utilise donc le cycle naturel de l’eau pour produire de l’électricité.

L’hydraulique ne produit aucun gaz à effet de serre et fonctionne continuellement, avec de faibles besoins d’entretien. En Europe comme aux Etats-Unis, la moitié des sites pouvant accueillir des installations hydrauliques ne sont pas encore utilisées.

Les coûts sont en revanche très élevés, avec à la clé d’importantes nuisances sonores et visuelles. L’impact sur l’écosystème n’est pas négligeable.

La biomasse

La biomasse désigne l’ensemble des matières d’origine végétale, animale ou fongique pouvant devenir une source d’énergie. Les procédés sont variés : la combustion, la méthanisation ou les transformations chimiques. La forme la plus connue est sans doute les biocarburants issus d’huiles ou de céréales.

La biomasse présente notamment l’avantage de valoriser les produits biodégradables. Par contre, elle reste pour le moment coûteuse, certains procédés produisant beaucoup de CO2. Il faut de plus considérer la biomasse comme une source d’énergie renouvelable tant qu’elle n’est pas surexploitée.

La géothermie

L’énergie géothermique est générée et stockée dans la terre, issue de la formation initiale de la planète (20%) et de la désintégration radioactive de minéraux (80%).

La géothermie est universelle et ne dépend pas de la météo. De plus, les rejets de CO2 sont quasi nuls. Elle est en revanche assez coûteuse en raison des forages, avec en outre des travaux conséquents.

Vous avez le projet de monitorer vos équipements de production EnR ? Ubigreen vous propose son offre Ubigreen Smart EnR.

Découvrez notre nouveau guide "Audit énergétique : Engagez des actions d'économies d'énergie avec ROI rapide !"

X